Informatique / Comment acheter / Smartphones et tablettes
MàJ 28 janvier 2015      

Les enjeux du marché des smartphones et tablettes numériques

Le consommateur idéal

Il relaye la publicité
en montrant son nouveau joujou
dans la cour de récréation.

Un joujou qui formate son cerveau,
il en a plein les yeux, les oreilles, les mains
toujours et partout.

Liberté
Il ne se laisse pas influencer
par les campagnes anti-tabac ou alcool.

Égalité
Il suit la mode de tout le monde

Fraternité
il crie avec les autres "on a gagné".

Les ordinateurs ne rapportent pas assez

De 1971 à 2001, la densité des transistors dans les microprocesseurs a doublé tous les deux ans. Cette "loi de Moore" n'est plus vraie depuis 2004, progresser sur ce plan devient de plus en plus difficile et cher.
L'industrie a donc cherché à réduire autrement la durée de vie des ordinateurs. Un enjeu majeur pour elle !

Un autre défi vient du contenu. Comment faire pour qu'il génère davantage de recettes ? Cette question vise les jeux, les logiciels, la musique, les films... Comment lutter contre les produits gratuits ou le piratage ?

Le modèle économique d'Apple...

Apple a réussi à créer une prison dorée, où le consommateur ébloui ne réalise pas qu'il est plumé.
Tout commence par un système d'exploitation qui est lié au matériel et qui ne connaît pas les logiciels, notamment gratuits, écrits pour Windows.
Ensuite, il y a le refus des standards tels que MP3 ou USB. La musique est au format Apple dans des "magasins" Apple, elle s'écoute sur du matériel Apple.
Vient enfin l'idée de génie des applications. On les trouve non pas n'importe où, comme pour les applications tournant sous Windows, mais dans l'App store d'Apple. Tout le monde peut en écrire, elles sont vendues quelques euros, et les recettes sont partagées entre le créateur et Apple. Le virus de l'argent est ainsi placé chez le programmeur bénévole passionné. Le monde OpenSource des logiciels libres et gratuits est touché au coeur.
Pomme verreuse Rares sont les consommateurs à vouloir en sortir. ils y perdraient d'autres plumes : l'ergonomie à laquelle ils sont habitués et le bénéfice des multiples achats faits au jour le jour.
Le modèle d'Apple est plébiscité par ses actionnaires, ses millions de clients, par des centaines de milliers de développeurs qui espèrent le gros lot, et bien sûr par l'industrie audio-visuelle.

...donne des idées à d'autres

Le succès de l'iphone et autres ipad a fait des émules.
Non seulement les marques se multiplient : Samsung, HTC, Sony, Nokia, LG, Motorola, Acer..., mais aussi les systèmes d'exploitation : iOS (Apple), Android (Google), Windows 8 RT, Symbian (Nokia), Bada (Samsung), Blackberry...
Le consommateur avisé prendra le temps de lire des études comparatives : telle tablette tactile est plus belle que telle autre. Mais il restera incapable de savoir les services qu'il aura gratuitement (sûrement pas LibreOffice et autres logiciels libres haut de gamme !), ceux qu'il devra payer et ceux qu'il n'aura pas.
Il va donc essayer. Et au bout de peu de temps, il sera attiré par les qualités d'un autre modèle. Changer, c'est bon pour le commerce ! Les défauts "naturels" d'un modèle seront le moteur marketing du suivant. Les évolutions technologiques suffiront pour faire payer de multiples fois une même fonction logicielle ou un morceau de musique, dont la version précédemment acquise sera devenue incompatible.

A noter que les tablettes regorgent de pourriciels (logiciels à visée commerciale). S'en débarrasser est plus difficile que sur un ordinateur, car il faut bien connaître le système d'exploitation particulier du fabricant.

Les liseuses

Ces sont des tablettes en noir et blanc, bon marché (environ 100 €), très confortables pour lire longtemps, même en plein soleil ou dans l'obscurité (un livre est lourd, la taille des caractères n'est pas réglable...).

Les fabricants comptent sur la vente de livres numériques pour engranger des bénéfices. L'usage des fichiers numériques payants (70% du prix de l'exemplaire papier, c'est cher) peut être restreint par un format propriétaire (cas du format AZW de Amazon Kindle) et/ou par des droits numériques limités (format standard ePub utilisé par Sony, Booken, Fnac Kobo...). Les livres achetés risquent donc fort de se révèler illisibles au bout de quelques années.

Les excellents logiciels gratuits Amanuensis (sous Windows), et Calibre (sous Windows ou Linux) permettent de gérer sa bibliothèque (fureter, choisir les livres à transférer de l'ordinateur à la liseuse...), de transformer un fichier texte (.doc Microsoft Word ou .odt LibreOffice) en fichier ePub...

Une liseuse compatible ePub est un bon achat pour lire des eBooks gratuits (oeuvres classiques libres de droits)... en espérant un changement législatif réduisant la durée des droits d'auteur. J'aime ainsi tester des livres que je n'aurais pas acheté parmi les milliers en français qui sont facilement téléchargeables sur le web.
Mais quand je veux un livre précis, je le trouve rarement au format .ePub (en 2014).
Lire un fichier au format .pdf ou le passer au format .ePub est possible, mais peu pratique : les sauts de lignes ne sont pas distingués des sauts de paragraphes, il faudrait une liseuse de format A5 (environ 10 pouces). Les tablettes haute définition (2560 x 1600 pixels) sont une alternative possible, malgré l'inconvénient d'un écran brillant (reflets...).
Les livres illustrés (images, tableaux, graphiques) ou en couleur sont également peu compatibles avec la lecture sur liseuse.

Le bon choix ?

Smartphone, tablette, liseuse ou ordinateur ? Chaque outil a son usage et ses limites.
Les tablettes ne sont pas destinées à créer du contenu. Elles n'ont pas le même confort de lecture que les liseuses (voir comparatif). Je me plaignais du monopole de Microsoft Windows. Ce qui arrive avec les tablettes est dix fois pire. Dix prisons au lieu d'une, entre lesquelles il faudrait choisir (c'est la liberté qui semble rester au consommateur), et dans lesquelles on se sentira beaucoup plus à l'étroit que dans la vaste prison de Microsoft.

Plutôt qu'une tablette, on peut préférer un petit ordinateur polyvalent.
Attention à ne pas confondre : Avec Windows 8 équipant un ordinateur, vous pouvez accéder au "Microsoft store" ou vous en passer. Avec Windows 8 RT équipant une tablette, vous ne pourrez installer que les applications issues de Microsoft store...
Le vrai bon choix, celui des consommateurs rebelles, c'est Linux.