Société malade / L'administration / Régimes de retraites
6 mars 2015      

La multiplicité des régimes de retraites

Voir aussi la page Retraites sur l'alternative répartition / capitalisation.

Le site "la retraite en clair", s'efforce d'expliquer, nombreuses petites vidéos à l'appui. Il recommande :
Notre système de retraite est complexe. Retraite de base, complémentaire, trimestres, taux plein, durée de cotisation... méritent quelques éclaircissements. Mieux comprendre comment le système fonctionne est une condition indispensable pour anticiper et préparer sa retraite.
Suivez ce conseil, essayez de comprendre...

Le guide des salaires, plus précis, est moins digeste. S'y succèdent des informations telles que celle-ci : pour les salariés cotisant à l'AGIRC, les cotisations supplémentaires sont au nombre de trois : la cotisation à la contribution exceptionnelle et temporaire (CET) ; la cotisation APEC ; la garantie minimale de points (GMP).

Wikipedia est direct : Il existe en France plus de 600 régimes de retraite de base, et plus de 6000 régimes de retraites complémentaires. Un article donne des détails sur le cas des régimes spéciaux (SNCF, EDF, opéra de Paris, clercs de notaire...), sauf pour les élus de l'assemblée nationale et du sénat pour lesquels il est dit : "non connu".

La circulaire n° 2011/38 du 18 mai 2011 de la CNAV recense les dispositifs permettant la validation de trimestres au compte individuel. Elle est tirée de la Base nationale de législation qui, avec ses textes et ses barèmes, vaut vraiment la visite - en sachant qu'elle ne traite pas la plus grosse partie : les retraites complémentaires.

En 2001, le conseil d'orientation des retraites constatait qu'il était impossible de comparer les taux de cotisation des différents régimes. A commencer parce que dans la fonction publique de l’État, il n’existe pas de cotisation employeur !
Quand on aime, on ne compte pas. On ne va quand même pas afficher que pour nos militaires, la part "État" représente 126,07% de la rémunération brute en 2013. La part salarié, elle, est de 8,76%

 

De rares voix s'élèvent pour demander d'unifier les régimes, par exemple l'iFRAP. C'est simple bon sens, même si je ne suis pas d'accord avec le complément par capitalisation qu'ils proposent.
Comment se fait-il que cet élémentaire bon sens soit absent des réformes périodiquement discutées pour éviter la faillite ?
Au lieu de cela, on nous assure que la pénibilité sera bien prise en compte. Or, il est évident que ce critère flou est ingérable, qu'il va encrasser davantage le système.
- Côté rue, c'est une manière de détourner l'attention de l'essentiel. Qui oserait dire que ce n'est pas bien de prendre en compte la pénibilité ?
- Côté cour, c'est se donner des biscuits pour récompenser les amis et se mettre dans la poche les ennemis. La reconnaissance de la pénibilité sera à mériter...
On en vient même, en août 2013, à imaginer des cotisations sociales supplémentaires à ce titre. Vrai projet, ou menace pour obtenir autre chose du patronat ?

 

Je suis en retraite. J'ai 3 virements et un prélèvement (mutuelle) chaque mois. Pourtant, j'ai toujours travaillé dans la fonction publique.
A cela s'ajoute 2 virements pour la retraite de mon épouse, pour 20 trimestres d'activité...