Informatique / Pour débuter / Picasa, oui mais...
MàJ 11 juillet 2016      

Picasa s'arrête

Google le remplace depuis mai 2016 par Google Photos. Un petit coup d'oeil m'a fait fuir : je cherchais un logiciel de retouches et diaporamas à installer sur mon ordinateur, et on me propose des services en ligne sophistiqués qui me rendent plus que méfiant et ne correspondent pas à mes besoins.

 

Picasa est (était) un logiciel de photos beau, simple et gratuit, proposé par Google.

Tellement simple que je peux l'utiliser sans rien comprendre. Le réveil peut être douloureux :
  • Je ne retrouve pas mes photos, où sont-elles ?
  • J'avais retouché mes photos, et mes retouches sont perdues...
  • J'avais classé mes photos pour les projeter, le les ai mises sur une clé USB, et l'ordre est perdu...

Picasa n'aide pas à comprendre ce qui se passe dans l'ordinateur. Comme l'explorateur de Microsoft, il laisse croire que l'on peut ignorer les notions de fichiers et dossiers.

Pour éviter de mauvaises surprises, il faut :
  • Connaître l'explorateur de fichiers de Windows et les notions de fichiers et dossiers.
  • Prendre le temps de comprendre où et comment Picasa conserve la mémoire de ce que l'on fait.

Prenons le cas d'une photo "exemple.jpg". Si je la retouche avec Picasa, le fichier "exemple.jpg" ne sera pas modifié. Si je met une copie du fichier sur une clé USB, j'aurai l'impression d'avoir perdu mes retouches.
En effet, par défaut, les retouches sont gardées en mémoire dans un fichier caché "Picasa" créé par Picasa dans chaque dossier. L'avantage, c'est que l'original est conservé, je peux annuler mes retouches facilement. L'inconvénient, c'est que je suis dépendant de Picasa.
Si je veux avoir un nouveau fichier .jpg intégrant les retouches, je peux le faire avec Picasa. Mais à condition de savoir comment, et d'être conscient de ce qui se passe.

Par contre, si je classe mes photos en vue d'une projection, ce classement mémorisé dans le fichier "Picasa" sera irrémédiablement perdu si j'utilise un autre logiciel.
Une solution est de modifier le nom des fichiers en les faisant précéder d'un n° : 01, 02 etc... Le classement "alphabétique" des fichiers est possible avec tous les logiciels et correspondra à ce que j'aurai choisi.

Pour ma part, je préfère XnViewMP à Picasa. Il se présente comme un explorateur de fichier au lieu d'inventer une ergonomie particulière. L'utilisateur décide, en faisant des retouches, s'il les enregistre dans le fichier original ou dans un fichier d'un autre nom. Il garde la maîtrise de ce qu'il fait.

Pour faire des retouches complexes, Gimp évitera aux utilisateurs avancés de payer la licence de Photoshop.

Côté vendeur :
Un logiciel, c'est une toile d'araignée. Elle doit être séduisante et collante.

Côté client :
La meilleure qualité d'un logiciel, c'est de pouvoir le quitter facilement.