Bible et zazen / Le jugement dernier (Mt 25,31-46)
MàJ 23 juin 2014      
Version pdf imprimable

Parabole du jugement dernier. Brebis et boucs

Le Christ-Roi arrivant dans sa gloire,
séparant les brebis des boucs, donnant la vie éternelle aux unes, et jetant les autres dans le feu éternel,
     C'est cela, la miséricorde ? l'amour ?

Cathédrale gothique (post-romane) de Bourges.
Comme à Autun, le texte est compris comme menaçant, dualiste.
Le tympan roman de Conques (1140) est très différent.

Certains chrétiens inconditionnels, fins politiques, tentent de justifier Dieu : pour entrer au paradis, il faut, au moins un peu, avoir été charitable... Dieu sera juste, ayons confiance...
D'autres y renoncent : ce texte est trop difficile pour moi, c'est pour les exégètes qui eux savent l'interpréter, je crois de toutes façons.
D'autres enfin quittent cette Église qui d'un côté prêche l'amour et d'un autre use de la carotte et du bâton. Cette parabole est en effet sculptée sur le tympan de beaucoup de nos églises, telle une menace : regardez ce qui vous attend si la balance penche à gauche.

La foi, c'est prendre au sérieux ce texte, dans tous ses détails. Y plonger en refusant tout compromis. Comme Jacob, lutter avec Dieu toute la nuit jusqu'au lever de l'aurore. Jusqu'à recevoir la bénédiction (Gn 32,23-33).

Lisons-le en commençant par le dernier verset de la parabole des talents, qui précède.

30 Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents !

31 Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
32 Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres :
33 il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.

34 Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde.
35 Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ;
36 j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !'
37 Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu... ? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ?
38 tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ?
39 tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?'
40 Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.'

41 Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges.
42 Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ;
43 j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.'
44 Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?'
45 Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait.'
46 Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle.

(traduction liturgique)

Suite