Bible et zazen / Les dix vierges (Mt 25,1-13) / Suite 1
28 août 2011      

Les prévoyantes, un modèle à imiter ?

Avec notre mentalité dualiste, c'est ce que nous imaginons spontanément. Voyons de plus près.

On imagine l'Esprit-Saint
enfermé dans une lampe !

Elles prennent de l'huile dans des fioles. Une huile miraculeuse, comme le génie d'Aladdin ?
Plus sérieusement (ou plutôt plus bibliquement), dans l'épisode de la manne - une nourriture venue du ciel évoquant la Parole -, Dieu demande aux hébreux de ne pas faire de réserves : Chacun avait recueilli autant qu'il pouvait en manger. Moïse leur dit : « Que personne n'en garde jusqu'au matin ! » Certains n'écoutèrent pas Moïse et en gardèrent jusqu'au matin; mais cela fut infesté de vers et devint puant. Ils ne recueillent le double de pain que le sixième jour, car le septième jour, c'est le sabbat : il n'y en aura pas (Ex 16,18-26).
Ce sont les folles qui respectent cette consigne !

Elles s'assoupirent toutes et s'endormirent. Les prévoyantes ne respectent pas plus que les folles la consigne finale : Veillez donc...

Elles refusent catégoriquement (triple négation au verset 9) de partager leur huile. Non seulement ce n'est pas un exemple de charité, mais cela dénote un manque de confiance dans l'époux : "si nous manquions d'huile, nous paraîtrions moches, ternes, il nous rejetterait. Nous devons nous faire belles !".
Elles ont un certificat de bonne conduite, les autres n'y ont pas pensé...

Elles conseillent d'aller en acheter (le verbe du verset 9 est répété au verset 10) chez les marchands. C'est sans doute là qu'elles ont elles-mêmes acheté leur huile, qui commence à sentir sérieusement le soufre !
Mais au fond, lors de la multiplication des pains, les apôtres non plus ne savaient rien conseiller d'autre : envoie donc les foules afin qu'elles aillent dans les villages s'acheter de la nourriture (Mt 14,15).


Et ce sont elles qui seraient entrées dans les noces ? Pas si sûr...
Matthieu ne dit pas "les prévoyantes" mais "celles qui étaient prêtes" entrèrent...
Il ne dit pas "les folles" mais "les autres" jeunes filles...
Certes, ce qui précède nous donne à penser que les folles s'étant éloignées, elles ne pouvaient pas entrer. Mais pourquoi Matthieu n'a-t-il pas été complétement clair ? Pour nous faire réfléchir ?
Il ne précise pas non plus combien sont entrées ?

Suite 2