Société de consommation / Ecologie
MàJ 10 novembre 2017      

Écologie : l'inéluctable décroissance

D'un côté, des citoyens s'efforcent de consommer moins.

D'un autre, l'État s'efforce de relancer la croissance,
pour maîtriser ses dettes
et assurer le plein-emploi.

L'excellent site de Jean-Marc JANCOVICI, Manicore, donne beaucoup d'informations objectives et précises sur le climat, l'effet de serre, les différentes sources d'énergie...
Il illustre qu'en matière d'écologie, rien n'est simple.

Ou plutôt, une seule chose est sûre : il faut consommer moins.
Même un ministre des finances allemand appelle à la décroissance.

Voir un film de 4' : au milieu du Pacifique, les oiseaux meurent de nos détritus.
Dans de nombreuses villes, l'air devient irrespirable (Pékin, New Delhi...). C'est un problème de pollution, et non pas de CO2.

Convaincre ou faire réfléchir ?

Sur la route du glacier blanc, 4 maquettes sur l'enneigement alpin : il y a 20000 ans (beaucoup de neige), en 1750 (de la neige), aujourd'hui (peu de neige) et en 2100 (plus de naige).
Étonnement d'une habituée des lieux : "il me semblait qu'il y avait une maquette sur la situation au Moyen âge ? Elle n'y est plus ?"
Réponse  : "Oui, mais les responsables ont préféré la rebaptiser 2100."
Effectivement, il y a eu un "optimum médiéval" très chaud de l'an 1000 à 1400. Certains préfèrent le taire...
Un principe serait l'antidote du développement : le développement durable.
Ce nouveau mythe risque de jouer le rôle d'une diversion.
Il prétend concilier l'idéologie du "toujours plus" indéfini comme dogme absolu
avec des palliatifs supposés établir une logique pérenne...
Un os à ronger et jeter à l'opinion, tandis que le pillage de notre planète se poursuivra invariablement.
Pierre Rabhi