Société de consommation / Achats Divers / Désherbant
11 septembre 2011      

Le brevet du "Round-up" (glyphosate) est tombé dans le domaine public
La stratégie du fabricant

Commercialisé par Monsanto depuis 1975, le Round-up (voir wiki : Round-up) a un tel monopole qu'on emploie ce nom commercial pour parler d'herbicide non sélectif. Le brevet du composant actif, le glyphosate (voir wiki : glyphosate), est tombé dans le domaine public en 2000.

La guerre contre le glyphosate générique

Phase 1 : Le silence. L'existence de glyphosate concurrent est ignorée.
Phase 2 : Certaines grandes surfaces se mettent à en proposer discrètement à 8 € le litre concentré, alors que le Round-up est à 25 €, et davantage quand il est vendu en version diluée et flacon fantaisie.
Phase 3 : Le glyphosate concurrent se fait plus rare, il y a de fréquentes "ruptures de stock" dans les magasins.
Phase 4 : Un vendeur auquel je demande du glyphosate me propose du Round-up. "C'est pareil", dit-il. J'explique, il appelle son chef auquel je dis que d'autres magasins vendent du glyphosate non Round-up, pourquoi pas lui ? Surpris, il me demande lesquels. Vérification faite, ce qui avait été vrai ne l'est plus.
Phase 5 : Monsanto a retrouvé son monopole de fait dans nombre de magasins, avec un glyphosate de nouveau sous brevet à cause des adjuvants.

Cerise sur le gâteau : les produits concentrés disparaissent peu à peu des rayons. Il parait que c'est pour que les jardiniers du dimanche n'en mettent pas trop. Une admirable sollicitude !

Le point de vue du consommateur

Il peut tout ignorer de la question et acheter du "Round-up" comme d'habitude.
Ou croire que le nouveau Round-up est un progrès qui a demandé des recherches qu'il est normal de payer.
Si non, il peut chercher ailleurs du désherbant pas cher. Sur internet, taper "glyphosate prix" dans un moteur de recherche.
Enfin, il peut se passer de désherbant. Le glyphosate et ses adjuvants sont de plus en plus critiqués pour leurs conséquences sanitaires.

Les législateurs, en France ou à Bruxelles, sont-ils vendus à Monsanto ? Ou victimes de son lobbying ? Ou remparts honnêtes et compétents face aux dérives possibles dans un monde complexe où l'on dit tout et son contraire ?
Le citoyen n'est pas rassuré quand il sait que le Round-up (dont le prix a beaucoup augmenté) rapporte près de 2 milliard de dollars par an à Monsanto.

Les jardineries

Ce genre de magasin me semble proposer des produits de marque très chers, surtout en zones urbaines.
Les agriculteurs peuvent se procurer du glyphosate à 3 € le litre, soit un facteur 8 avec les prix de détail courants du Round-up.
Si ce genre de ratio est habituel, voilà une mine d'économies à faire en cherchant la bonne filère d'achats (internet...).