Informatique / Suite bureautique / LibreOffice ou payer Microsoft ?
MàJ 27 mai 2017      

LibreOffice ou payer Microsoft Office ?

Consultation sur un projet de loi numérique
Le gouvernement donne à chacun l'occasion de s'exprimer.
Vous pouvez voter pour l'utilisation des logiciels libres
dans les écoles et administrations,
notamment LibreOffice et Linux.       (octobre 2015)

Microsoft Office

La suite Microsoft 2003 (Word, Excel, PowerPoint...) a profondément évolué en 2007. Le format de fichier a changé (l'extension .doc est devenue .docx).

Microsoft protège son quasi monopole de fait par une action commerciale musclée :
     - les ordinateurs neufs sont livrés avec une version d'essai d'Office, ou une version allégée gratuite de Word et Excel (Microsoft Office Starter). L'utilisateur, pris au piège de nouvelles habitudes, paiera le produit complet quand il aura besoin de plus de fonctionnalités.
     - Offres d'essai gratuit, offres promotionnelles pour les écoles, les étudiants... Le soutien de l'éducation Nationale aux produits Microsoft, soi-disant pour la French Tech, est un scandale. C'est confondre éduquer et consommer.
     - Les salariés d'une entreprise utilisant Microsoft Office peuvent souvent en avoir une version gratuite chez eux.

Microsoft privilégie maintenant la location à l'achat. Office 365 est proposé en 2017 à 60 € par an pour un poste ou 80 € pour 5 postes (une famille). Ce seul logiciel double en 7 ans le prix de l'ordinateur !

Framasoft
Une alternative Libre, Éthique, Décentralisée et Solidaire
aux logiciels commerciaux.

LibreOffice

Il s'agit d'une suite bureautique gratuite complète : traitement de texte, tableur, dessin, présentations, base de données, maths. Elle est disponible pour tous les systèmes (Windows, Mac et Linux) et toutes les langues. Elle compte des dizaines de millions d'utilisateurs, elle est recommandée par certaines administrations (pour les auto-entrepreneurs...). Elle s'améliore en permanence (nouvelles versions fréquentes). Ses fonctions et son ergonomie sont semblables à celles de la suite Microsoft. Je l'utilise tous les jours depuis 2003.

La difficulté pour passer de Microsoft Office à LibreOffice est beaucoup plus psychologique (changer d'habitudes, peur d'un produit gratuit, désir d'avoir le plus beau) et sociologique (faire comme son entourage) que technique.
Dans un groupe, la cohérence des outils est importante pour s'entraider. Choisir collectivement LibreOffice, c'est aider les personnes peu averties qui n'ont ni le besoin de la dernière version de Microsoft Office, ni les moyens de se la payer.
La gratuité de LibreOffice et de ses mises à jour évite que certains utilisent une version ancienne source d'incompatibilités.

Compatibilité des formats de fichier

LibreOffice sait lire et écrire aux formats natifs Microsoft (.doc, .docx, .xls, .xlsx...) et Microsoft, depuis environ 2009, sait lire et écrire aux formats natifs LibreOffice (.odt, .ods...). Mais la compatibilité n'est pas parfaite et difficile à prévoir. Des défauts sont peu à peu corrigés, et d'autres apparaissent avec les changements de version des uns et des autres.
Plus précisemment, la compatibilité des tableurs est excellente, sauf détails de mise en forme des graphiques. Par contre, il y a des écarts de mise en forme dans les documents texte, pour lesquels on peut parler d'une "compatibilité à 90%".
Il est donc préférable de travailler couramment au format natif de la suite bureautique que l'on utilise. A défaut, la réalisation d'un document soigné de plusieurs pages, avec des images, sera difficile. Chaque enregistrement du fichier peut apporter de nouveaux défauts.
Quand on envoie un fichier par mail à quelqu'un, on en crée très facilement une copie au format .pdf. Elle sera parfaitement conforme, mais non modifiable. Si on joint l'original, le destinataire pourra le lire même sans disposer de la suite bureautique qui a servi à le créer, mais il risque d'y avoir des écarts de mise en page.
On peut noter que Microsoft a un intérêt commercial à maintenir ces imperfections pour préserver son monopole de fait. La suite Winword semble maltraiter les documents au format .odt plus que la suite LibreOffice ne maltraite les documents au format .doc ou .docx. Dans les années 1990, le format propriétaire .doc était mal documenté pour gêner la concurrence, et de surcroît buggé !

Principales différences entre LibreOffice et Microsoft Office

  • Contrairement à Word, les "styles" sont clairement présentés dans LibreOffice, ce qui incite l'utilisateur à s'en servir (et donc à travailler efficacement). Word incite à se contenter d'un joli barbouillage, et non pas à faire un document de présentation homogène. C'est une des raisons pour laquelle l'usage de LibreOffice dans les écoles devrait être obligatoire.
  • LibreOffice Writer prend en compte une notion de "page", alors que Word 2003 n'a qu'une notion de "section" moins intuitive.
Et pour les spécialistes :
  • L'ergonomie de la fonction "publipostage" de LibreOffice (mailings, étiquettes adresses...) laisse à désirer.
  • Le tableur LibreOffice est un peu lent pour les très gros fichiers (500000 cellules et beaucoup de formules).
  • Les macros faites avec Microsoft Office ne sont pas reconnues par LibreOffice, et réciproquement. L'enregistreur de macros de LibreOffice est limité.

Les suites bureautiques gratuites "online", pour smartphone ou pour tablette

Microsoft bien sûr, mais aussi Dropbox et d'autres hébergeurs de fichiers, offrent l'accès à une suite bureautique Microsoft online. On peut ainsi lire et corriger un fichier texte ou tableur sans disposer localement d'une suite bureautique. Google offre un service équivalent avec ses propres outils.
C'est pratique, notamment quand on navigue via un smartphone ou une tablette ou que l'on veut travailler à plusieurs sur un même fichier. Mais :
     - Ces outils sommaires ne remplacent pas une suite bureautique locale. Ils ne sont adaptés qu'à la lecture de certains fichiers très simples. Leur utilisation pour des mises à jour est dangereuse, le fichier peut perdre certains attributs (commentaire du 20/4/2015, des améliorations ultérieures sont possibles).
     - Cette gratuité apparente est un élément de la stratégie de Microsoft pour habituer les utilisateurs à sa suite bureautique. Après essai, ceux-ci passeront à l'achat pour pouvoir aussi travailler offline (hors accès internet), ou pour disposer de fonctions plus complètes.

Attention, quand on a une messagerie type Gmail ou Hotmail, les pièces jointes peuvent être ouvertes par ces outils insuffisants et donc déformées. Mieux vaut "télécharger" les pièces jointes complexes pour les ouvrir avec une suite bureautique locale.

Les suites Microsoft office pour smartphone ou tablette sont également des produits gratuits qui sont loin de permettre de se passer d'une vraie suite bureautique : fonctionnalités réduites, voire lecture seule des documents. De toutes façons, pour travailler confortablement sur un texte un peu long ou un tableur, il faut un grand écran et un clavier.

Autres alternatives gratuites

OpenOffice est le prédécesseur de LibreOffice. Lors du rachat de Sun par Oracle en 2011, ce nom est devenu la propriété d'Oracle. Beaucoup de développeurs de Sun ont préféré rejoindre "The document foundation" et poursuivre le développement sous le nom de LibreOffice. Apache OpenOffice existe encore mais végète.
IBM propose au téléchargement Lotus Symphony, une suite allégée gratuite proche de OpenOffice. Elle est sans base de données et donc sans les fonctions de publipostage. La version 4 d'Apache OpenOffice, sortie en juillet 2013, reprend une partie de l'ergonomie (et du code) de Lotus Symphony. Irait-on vers une fusion des deux produits ?

Pour les inconditionnels d'Apple, il y a iWork avec Pages (traitement de texte), Keynote (présentation) et Numbers (tableur). Il est difficile de partager les fichiers iWork avec le monde non Apple. Par exemple, en 2016, LibreOffice et Microsoft office ne savent pas lire les fichiers au format .numbers.

Il faut aussi mentionner le piratage de Microsoft Office. Outre l'aspect illégal, c'est une alternative qui présente des inconvénients importants par rapport à LibreOffice :
     - On s'habitue à l'ergonomie Microsoft... au risque de devoir un jour payer pour la conserver.
     - L'installation d'une version piratée est difficile et risquée (virus).
     - Selon le mode de piratage, les mises à jour pourraient ne pas se faire. Il faut réinstaller de temps en temps avec une version plus récente.
     - Microsoft a tous les moyens (par exemple via les correctifs de Windows) de rendre inopérant un mode de piratage qui prendrait trop d'ampleur.
Si Microsoft était draconien, il favoriserait LibreOffice... Il a intérêt à être un peu tolérant !

Le consommateur n'est pas content de trop payer et n'est pas satisfait de ne rien payer.
Bizarre, cet animal...