Société de consommation / Banques et assurances / Assurer une canalisation d'eau ?
MàJ 12 janvier 2015      

Assurer sa canalisation d'eau ? Une arnaque !

Voilà au moins la 20ème relance que je reçois pour assurer la canalisation d'alimentation extérieure en eau. Un magnifique exemple sur la manière de traire le consommateur !
  • Susciter l'inquiétude : attention, à ce jour vous n'êtes pas assuré ! Si vous êtes propriétaire, vous êtes responsable. De fortes variations météo peuvent faire éclater une canalisation !
  • Afficher un tarif promotionnel bas : 2,99 € par mois. Cela semble peu pour être rassuré.
  • Faire valoir les avantages du prélèvement automatique : une fois ferré, le client continuera à payer sans réexaminer l'utilité du contrat.

Qu'en penser ? Il suffit de tout lire... et de réfléchir.
  • La compagnie des eaux n'est pas philanthrope. Ses recettes couvrent les remboursements des sinistres, ses frais (notamment commerciaux) et lui assurent un bénéfice. En moyenne, le client va donc payer beaucoup plus que ce qu'il peut espérer se voir rembourser. Ne connaissant pas la fréquence et le coût des sinistres, le client ne peut pas juger du niveau de prix.
  • En petites lettres, il est précisé qu'au bout de un an, le tarif annuel est de 71,88 €. Avec une possibilité d'augmentation à tout moment. On est loin de 2,99 € !
  • Il est dit que la plupart des assurances multirisques ne couvrent pas l'intégralité des frais sur ce type d'incident. Cela veut dire qu'une redondance partielle est fort possible, le client va payer en partie deux fois.
  • Les remboursements sont limités à 3000 € par intervention deux fois par an. Même l'eau perdue est facturée au client au-delà de 3000 € : tant pis pour lui s'il est en vacances et que la fuite dure. Deux exemples de coûts d'intervention sont donnés, l'un à 680 €, l'autre à 160 €... pourquoi payer 71,88 € par an pour un improbable remboursement de ce genre ? Cette assurance se limite aux petits risques, qu'il n'est jamais intéressant pour le client d'assurer.
  • Le risque de fuite assuré se limite au tuyau d'arrivée, si son diamètre est inférieur à 40 mm, à l'exclusion de l'alimentation de la piscine, des circuits d'arrosage... Or, la longueur de ce tuyau est 10 à 100 fois plus faible que les tuyaux après le compteur... Et les dégâts causés par une éventuelle inondation ne sont pas assurés non plus.

Un nouveau décret (JO du 26 septembre 2012)

Le service d'eau doit maintenant informer rapidement l'usager d'une surconsommation. Sur présentation de la facture de réparation de la fuite, le montant de la facture d'eau est plafonné au double de la consommation habituelle, hors redevance d'assainissement. S'assurer devient donc parfaitement inutile.
Cela n'empêche pas la compagnie des eaux de continuer à envoyer fin 2013 ses rappels publicitaires...
J'ai maintenant décidé de répondre à chaque enveloppe T reçue, pour demander que cesse cette arnaque inadmissible de la part d'une société qui assure un service public.

mi-2014, l'arnaque continue

Une amie a reçu un argumentaire basé sur le cas de son voisin : il a eu une fuite, il n'a rien payé car il était assuré.
Or, cette fuite importante semble s'être produite avant le compteur (qui n'a donc pas tourné), et la compagnie des eaux a mis un mois pour intervenir.

Janvier 2015, l'arnaque change de forme

Le service d'assurance Doméo (Générale des Eaux Services) propose un Contrat d'Assistance Canalisations Bouchées.
Si l'objet change, les clauses et tarifs restent très semblables : 2,99€ /mois pendant un an, puis 6,99€ /mois soit 83,88€ /an. Les remboursements sont limités à 3000 €. Le contrat est renouvelable par tacite reconduction annuelle, c'est à dire difficile à dénoncer (2 mois de préavis demandés, qui pourraient bien être illégaux).

Nouvelle relance reçue en février 2015...



Trois réactions devant une publicité :
     La jeter sans lire
     Lire ce qui saute aux yeux... Danger !
     Lire les petites lettres et jeter en ayant compris.