Au fond de l'abîme / Face à l'angoisse
MàJ 1 juillet 2015      

Toujours plus, un faux remède à l'angoisse

Selon K. G. Dürckheim, l'homme est confronté à une triple angoisse : Je ne sers à rienje suis seulje vais mourir.

La société nous propose un remède : la consommation.
Un remède qui s'appuie sur les trois F... Le Fric, la Force et la Fesse.
Argent, puissance et sexualité seraient les clés du bonheur.

Lazare et le riche (Lc 16,27-31)
Le riche répliqua : 'Eh bien ! père, je te prie d'envoyer Lazare
dans la maison de mon père. J'ai cinq frères :
qu'il les avertisse pour qu'ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de torture !'

Abraham lui dit : 'Ils ont Moïse et les Prophètes : qu'ils les écoutent !'

'Non, père Abraham, dit le riche,
mais si quelqu'un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.'

Abraham répondit : 'S'ils n'écoutent pas Moïse ni les Prophètes,
quelqu'un pourra bien ressusciter d'entre les morts : ils ne seront pas convaincus.'

C'est un mensonge.
Si j'ai de l'argent ? J'en veux davantage, je stresse pour gagner plus.
Si j'ai du pouvoir ? J'en veux davantage, je stresse pour de l'avancement.
Si j'ai une jolie femme ? J'en veux davantage, je stresse pour séduire.

Aussitôt acheté, l'objet de mes désirs devient cendre. Je me précipite, acheter encore, toujours plus !
Je parle de mes réussites pour me convaincre moi-même. Une intonation, une attitude laisse deviner mon désarroi.

Sans vouloir le reconnaître, j'angoisse. Ma vie n'a pas de sens – je suis seul – je vais mourir.
Je finirai gâteux et abandonné avant de me retrouver au cimetière.

Les trois F... sont une illusion, mais je n'ai pas d'autres perspectives. M'en affranchir, c'est l'inconnu.
Plus je cherche à satisfaire mes passions, plus j'en deviens esclave. J'appelle cela liberté !
Je préfère ma prison à l'angoisse du vide, je la rêve dorée, c'est tout.

La société aussi va droit dans le mur : écologie, troubles sociaux, terrorisme, tsunamis, effondrement du système financier...
Les politiques récitent des chapelets à Saint Emploi, font des neuvaines à Sainte Croissance.
On sait que ça ne marche pas, mais comme on n'a rien d'autre, on fait semblant d'y croire.

L'explosion annoncée nous surprendra.
Comme l'a décrit Naomi Klein (la stratégie du choc, 2007), un individu ou une société en état de choc est prêt à accepter n'importe quoi, n'importe quelle dictature. Les lois votées en urgence après un fait divers en sont une préfiguration.
Un seul antidote : l'information et la communication vraies.

Voir l'article de Ivan du Roy du 8 juin 2015 : "Nous sommes en train de vivre une mosaïque d’effondrements" : la fin annoncée de la civilisation industrielle. Les similitudes avec ce que j'écris sur ce site depuis 2011 sont étonnantes.

Ceux qui veulent s'enrichir tombent dans le piège de la tentation ;
ils se laissent prendre par une foule de désirs absurdes et dangereux,
qui précipitent les gens dans la ruine et la perdition.
Car la racine de tous les maux, c'est l'amour de l'argent.
Pour s'y être livrés, certains se sont égarés loin de la foi
et se sont infligé à eux-mêmes des tourments sans nombre. (1 Ti 6,9-10)


Tout le monde "sait" que l'argent ne fait pas le bonheur,
mais ce "savoir" ne sert à rien, ne change rien.